Mainmise sur les villes / Claire Laborey

Ces dernières années, partout en Europe, des milliers d’habitants sont descendus dans la rue pour remettre en cause la représentation politique, mais aussi défendre le droit à l’espace urbain. L’hyperurbanisation à coup de bulldozer et les expropriations massives imposées par les autorités publiques stambouliotes expliquent en partie la révolte de la place Taksim. Plus près de nous, l’installation d’un Ikea dans le centreville de Hambourg ou la construction d’un gigantesque centre commercial, portée par Auchan pour le projet du Grand Paris, arrangent les pouvoirs publics, qui n’ont plus les moyens d’investir dans l’espace urbain. Ces exemples charrient leur lot d’interrogations sur l’état de la démocratie urbaine aujourd’hui : comment la ville se transforme-t-elle et quelle place y occupent les citoyens ? Les habitants ont-ils leur mot à dire face aux technocrates, politiques, urbanistes et promoteurs qui façonnent les métropoles ? Les pouvoirs publics sont-ils toujours garants d’une ville ouverte et accessible ? De Berlin à Copenhague en passant par Londres ou Toulouse, un voyage émaillé de rencontres avec des experts (la chercheuse Anna Minton, les architectesurbanistes Jan Gehl et Frédéric Bonnet, le philosophe Thierry Paquot…). Ils décryptent les rapports de force à l’œuvre et s’interrogent sur la constitution de contre-pouvoirs.

hqdefault (1)

La rue est-elle encore un espace public ? Peut-on s’y promener sans forcément consommer, y jouer, éventuellement manifester ? En Europe, face à la paupérisation des pouvoirs publics qui n’ont plus les moyens d’investir dans l’espace urbain, des morceaux de ville deviennent la propriété de groupes privés. Et ces derniers, moyennant le paiement d’une taxe et la réalisation de travaux, gèrent cet espace public avec leurs propres agents de sécurité, interdisant certaines activités. Les SDF ne sont évidemment pas bienvenus, les skateurs et les manifestants non plus. De fait, dans ces zones publiques placées sous gestion privée, le citoyen promeneur, surveillé en permanence par de multiples caméras, est prié de consommer dans les magasins et centres commerciaux flambant neufs construits par les groupes privés sur ces territoires conquis. Sinon, il peut aller voir ailleurs…

Passionnant de bout en bout, étayé par des témoignages d’architectes, de sociologues, d’urbanistes ou de simples citoyens luttant face à la privatisation et la « requalification »de certains quartiers populaires (qui entraîne inévitablement son lot d’expulsions des plus modestes), ce documentaire dresse un état des lieux parfois alarmant.

« Espace public indispensable »

De Hambourg à Londres en passant par Berlin et Istanbul, les exemples de privatisation d’espaces publics et les mouvements de résistance à cette marchandisation extrême de la rue sont nombreux. « L’espace public est indispensable : il est fluide, il fait les liens, il est là pour ouvrir », rappelle l’écrivain et philosophe Olivier Mongin. Un constat que les réalités économiques rendent moins évident. A Londres, le premier espace public construit par le privé date de la fin des années 1980. Le long des docks, un nouveau quartier consacré à la finance sort de terre, avec son propre règlement intérieur, ses vigiles, ses interdictions. Depuis, les Business Improvment District (BID) se sont multipliés, non seulement dans ce paradis du libéralisme qu’est Londres, mais aussi ailleurs en Europe. Le principe du BID, né au Canada, est simple : moyennant une taxe annuelle et l’obligation d’effectuer des travaux d’embellissement et de développement, le pouvoir municipal cède un espace de sa ville à une entreprise privée. Entreprise dont le but est, bien sûr, de tirer un maximum de profits de cet espace. Un pacte inévitable avec le diable ? La rénovation urbaine coûte tellement cher que les acteurs publics sont obligés, dans bien des cas, de faire appel au privé pour rénover certains espaces.

Du quartier londonien d’Angel à Bercy Village en passant par le célèbre Sankt-Pauli à Hambourg, le phénomène s’étend, suscitant l’inquiétude de nombreux habitants qui n’hésitent plus à descendre dans la rue et mener leur combat contre cette dérive de la ville rentable. Le combat est rude. « Une mairie qui a des exigences d’accessibilité et de gratuité de l’espace public doit savoir s’imposer face aux propriétaires aménageurs qui n’ont pas les mêmes priorités », résume un témoin. Plus facile à dire qu’à faire !

A Istanbul, la collusion entre géants du BTP et pouvoirs publics est la clé de voûte d’un système économique reposant sur une urbanisation galopante. De vieux quartiers sont rasés, des habitants expulsés, et la ville se transforme en une mosaïque d’enclaves fermées, sécurisées à l’extrême. Heureusement, comme le montre ce documentaire, à Berlin, Toulouse, Istanbul ou Hambourg, des habitants agissent, parlent aux architectes, aux pouvoirs publics, font part de leurs besoins et envies avant le début de travaux. L’espace urbain accessible à tous n’a pas encore disparu, mais la vigilance s’impose.
Claire Laborey et Marc Evreux, les auteurs du documentaire « Mainmise sur les villes », vous proposent une sélection d’ouvrages classés suivant cinq thèmes (Espace publique, espace politique / Menaces / Stratégies urbaines / Luttes et activismes / Urbanismes tactiques et éphémères) et une sélection de sites Internet pour aller plus loin.

BIBLIOGRAPHIE

 

RESSOURCES EN LIGNE

Les auteurs du documentaire vous proposent également une sélection de sites en relation avec les thèmes exposés dans le film, des collectifs d’architectes ou des associations d’activistes :

ASSOCIATIONS ALLEMANDES

• Gentrification Blog, le site des mobilisations antigentrification en Allemagne (DE)

• Initiative Stadt Neudenken, le site d’un collectif composé d’architectes, d’artistes et d’habitants de Berlin, qui lutte pour faire fléchir la politique foncière en faveur des habitants (DE)

• Recht auf Stadt, le mouvement du Droit à la ville d’Hambourg (DE)

MOUVEMENTS ITALIENS D’OCCUPATION

À ROME
• Teatro Valle occupato (IT)

• Nuovo Cinema Palazzo (IT)

À MILAN
• Macao – Nuovo Centro per le Arti, la Cultura e la Ricerca (IT)

 À NAPLES
 L’Asilo – Comunità dei lavatori delle spettacolo, dell’arte e della cultura (IT)

ASSOCIATIONS TURQUES

• Reclaim Istanbul – Urban transformations, spaces of hope, le blog de Yasar Adanali, activiste et chercheur (EN)

• Açik Radyo, une radio citoyenne d’Istanbul (TR/EN)

• İki Deniz Arası / Between Two Seas par Serkan Taycan, architecte.
Randonnée de quatre jours entre la mer noire et la mer de Marmara qui donne à voir les transformations menaçantes de la ville d’Istanbul.

AUTRES SITES : URBANISMES TACTIQUES ET ÉPHÉMÈRES

Bellastock (FR)
« Bellastock a été créée en 2006 au sein de l’école d’architecture de Belleville par trois étudiants, aujourd’hui diplômés, qui ont voulu pallier au manque de manipulation et d’expérimentation pratique dans leur cursus. C’est dans ce but, qu’ils montent un festival d’architecture consistant en la création d’une ville éphémère expérimentale. »

Exyzt (FR)
« Né en 2003 à l’initiative de cinq architectes, Exyzt constitue aujourd’hui une plateforme de création pluridisciplinaire regroupant une vingtaine de personnes : architectes, graphistes, vidéastes, photographes, dj, botanistes, constructeurs. »

Plastique fantastique (EN)
The installations created by Plastique Fantastique are a reinterpretation of urban frames and the manifestation of architecture as a catalyzer of free relations between inhabitants.”

Raumlaborberlin (EN)
Raumlaborberlin is a network, a collective of eight trained architects who have come together in a collaborative work-structure. We work at the intersection of architecture, city planning, art and urban intervention.

Les Saprophytes (FR)
Ses six membres sont « réunis depuis 2007 au sein d’un collectif pluridisciplinaire, hybride entre agence d’architecture et de paysage, plateforme de création, atelier de construction et structure d’éducation populaire. Nous développons une réflexion active et expérimentale sur la place et l’implication de l’Homme dans son milieu. »

o-OCCUPY-facebook

Sources : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/47518_1

http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2015/09/01/democratie-urbaine-en-danger_4742182_1655027.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s